top of page
Rechercher

Final Fantasy 16, un bon FF comme on les aime



Grand fan de FF depuis l’époque de la PS1 avec FF7, j’avoue avoir été agréablement surpris par le dernier opus de la série. Ça m’a pris quelques 60 heures de jeu pour boucler cette aventure épique dont je vous partage mes impressions rapidement.


Un des cristaux-mère, générateur de magie

L’histoire se déroule dans le monde de Valisthéa qui comprend six énormes cristaux qui permettent d’en exploiter la magie, ressource très importante pour l’épanouissement d’une nation. Six nations se sont construites autour des cristaux et Valisthéa devient de plus en plus le théâtre de guerres pour s’approprier cette ressource de plus en plus rare. Le scénario suit les pas de notre héros nommé Clive pendant son adolescence, sa vie de soldat captif et sa vie d'adulte libre. Durant son adolescence, Clive est le gardien de son jeune frère Joshua qui est le Primordial du Phénix (invocation) dont il partage également le pouvoir du feu. Un jour, son pays natal Rosalia est attaqué et des événements tragiques provoquent l'émergence d'un mystérieux Primordial jamais vu jusqu’ici nommé Ifrit.


Clive Rosfield, un héros charismatique

Je n’en dirai pas plus sur l’histoire car je pourrai écrire des dizaines de pages sur cette histoire tellement elle est dense. Au final, l’histoire est vraiment intéressante et elle fait écho à plusieurs dossiers contemporains auxquels l’humanité fait face comme notamment la dépendance aux énergies polluantes. J’avoue par contre avoir eu de la difficulté à toujours suivre l’histoire tellement elle est lourde de faits et contexte. Heureusement, il y a plusieurs façons de rester connecté au dénouement de l’histoire comme ne s’adressant à Vivianne au repaire de Cid ou encore dans le menu. À l’instar de ses nombreux prédécesseurs, FF16 nous présente une très belle histoire fantaisiste avec des personnages charismatiques auxquels on s’attache.


Le dominant du Titan face à Shiva

Visuellement, le jeu est très réussi avec des super décors et un monde de Valisthéa riche et bien réalisé. Seul bémol ici, j’ai remarqué que le framerate est instable lors des phases d’exploration (en mode performance) et les mises à jour n’ont pas réglé le problème.


Des visuels de grande qualité

Nouveauté importante, le système de combat qui est à la limite du « beatemup », ça ressemble beaucoup à un Devil May Cry 5. D’ailleurs, un des pères du système de combat de DMC5 a travaillé sur FF16, on le ressent très vite manette en main. Perso, j’ai bien aimé et particulièrement les pouvoirs des dominants (Ifrit, Shiva, Bahamut etc.) qu’on acquiert graduellement dans l’aventure. J’ai atteint le niveau 50 et sincèrement mon personnage est devenu une vrai machine de guerre maniant aisément frappes et magie. J’ai complété toutes les quêtes secondaires (au nombre d’environ 75), ce qui m’a beaucoup aidé à faire progresser mon personnage.


Un monde médiéval façon Final Fantasy vraiment inspiré

Pour clore ce mini test, FF16 a été une agréable expérience vidéoludique, une belle histoire et un système de combat jouissif sont les principales qualités de ce jeu.


Pour

  • Un système de combat intéressant pour un FF

  • Visuellement superbe

  • Une histoire passionnante du début à la fin (bien que quelques longueurs)

  • Bonne durée de vie


Contre

  • De problèmes de framerate en mode perfomance

  • Un cours de l’histoire pas toujours facile à suivre

  • Des quêtes annexes pas toujours intéressantes, surtout la première moitié du jeu


Note

17/20


Je vous laisse avec quelques captures de ce très joli jeu :)











15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page